Les seniors et les logements: aides et droits

Dans le but de soutenir financièrement les personnes âgées, plusieurs aides au logement leur sont allouées. Dans ce registre, se trouvent les personnes âgées à revenus modestes et même les retraités. Selon le lieu de domiciliation du sénior, il pourra recevoir certaines aides au logement pour couvrir ses frais de résidence.

Aide au logement pour les séniors vivants en établissement

Les séniors ne pouvant plus résider à domicile et qui sont hébergés chez l’habitant ou dans un logement conventionné ont droit à deux aides.

A lire aussi : Droits des locataires retraités : conseils et informations essentielles

L’aide personnalisée au logement (APL)

Il s’agit d’une aide versée par la CAF non seulement aux jeunes et aux familles, mais également aux séniors retraités. Elle est versée mensuellement aux personnes âgées éligibles sur leur compte bancaire ou celui de l’établissement d’accueil.

Seules les personnes à revenus modestes n’excédant pas les plafonds de la CAF sont éligibles à l’APL. De plus, elles doivent résider dans un centre ayant signé une convention avec l’Etat, représenté bien évidemment par le Préfet. Toutefois, les personnes résidant dans des familles d’accueil peuvent également bénéficier de cette aide au logement.

A lire également : Obligations des enfants envers leurs parents vieillissants : ce que vous devez savoir

Pour ce qui est du montant de cette aide, il n’est pas fixe. La CAF effectue le calcul selon les ressources du demandeur et le coût du loyer.

L’aide sociale à l’hébergement (ASH)

Pouvant être cumulée avec l’aide précédente, l’aide sociale à l’hébergement est un soutien financier départemental géré par le CCAS. Cette aide s’adresse aux séniors retraités dont les revenus sont très limités. Elle est directement versée à l’établissement d’hébergement pour séniors dépendants. Elle permettra de compléter leurs frais de logement. Pour en bénéficier, rapprochez-vous du CCAS ou de votre mairie.

Les aides au logement pour les séniors vivants à domicile

Trois types d’aides au logement sont versés par la CAF aux personnes âgées. L’aide personnalisée au logement (APL) s’adresse aux séniors propriétaires ou locataires d’un logement conventionné. Elle s’adresse également à ceux qui ont contracté un prêt conventionné afin d’acheter leur résidence principale. Ensuite, l’allocation de logement à caractère familial (ALF) interpelle les retraités ne pouvant jouir de l’APL. Les personnes ayant un parent âgé d’au moins 65 ans en charge avec des revenus inférieurs au plafond de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) sont aussi éligibles.

Enfin, l’allocation de logement social (ALS) profite à certains retraités propriétaires, locataires ou hébergés en maison de retraite et ne pouvant bénéficier de l’ALF ou de l’APL.

Toutes ces aides au logement sont versées chaque mois au bénéficiaire et les montants dépendent de la situation de chaque sénior. Il est impossible de cumuler ces trois aides ou même d’eux d’entre elles.

Les dispositifs fiscaux pour les propriétaires seniors

Au-delà des aides au logement, il existe aussi des dispositifs fiscaux destinés aux seniors propriétaires de leur résidence principale. Ces mesures visent à faciliter l’accès et le maintien dans un logement adapté aux besoins spécifiques liés à l’âge.

Le prêt viager hypothécaire est un produit financier permettant de disposer d’un capital ou d’une rente mensuelle en contrepartie de la mise en garantie sur son bien immobilier. Cette somme peut être utilisée pour financer des travaux ou aménagements nécessaires à une vieillesse confortable. Le capital sera remboursé lors du décès du bénéficiaire sur la vente du bien immobilier par ses héritiers.

L’abattement fiscal pour les retraités modestes, quant à lui, consiste en une réduction d’impôt pour les personnes âgées disposant de faibles revenus et qui souhaitent effectuer des travaux d’amélioration énergétique dans leur maison. Les dépenses sont alors déductibles à hauteur de 25 % avec un plafond fixé annuellement par décret.

Le démembrement temporaire de propriété (DTP) offre la possibilité aux seniors propriétaires célibataires sans enfants ou dont les descendants sont déjà propriétaires de vendre leur résidence principale tout en continuant à y vivre jusqu’à leur décès ou durant une période prédéfinie. Cette solution présente plusieurs avantages, notamment celui de pouvoir planifier sa succession tout en ayant accès rapidement et facilement au fruit de cette vente.

Vous devez vous renseigner auprès d’un professionnel du secteur afin d’étudier les avantages fiscaux et financiers ainsi que les contraintes inhérentes à chaque solution proposée.

Les aménagements possibles pour adapter son logement à la perte d’autonomie liée à l’âge

Adapter son logement est une solution envisageable pour tous les seniors qui souhaitent vivre le plus longtemps possible chez eux en toute sécurité. Voici quelques aménagements simples et efficaces à réaliser pour favoriser l’accessibilité de votre domicile.

Il faut faciliter la circulation au sein du logement en supprimant les éventuels obstacles tels que les marches ou les seuils de porte trop hauts. L’utilisation de couleurs contrastées permet aussi aux malvoyants ou atteints d’une déficience visuelle d’identifier plus facilement les différents espaces.

Adapter la salle de bains est primordial car c’est souvent là où ont lieu la majorité des chutes. Installer des barres d’appui près de la douche ou du lavabo permettra à vos proches âgés de se déplacer aisément sans risque de glissade.

Il ne faut pas non plus négliger l’éclairage, indispensable pour effectuer toutes ses activités quotidiennes dans un environnement confortable et sécurisé. Privilégiez donc une lumière suffisante dans chaque pièce ainsi que des interrupteurs faciles à trouver même dans l’obscurité.

N’hésitez pas à installer un système domotique afin d’alléger certaines tâches telles que l’ouverture automatique des volets roulants, contrôler sa consommation énergétique ou encore réguler le chauffage central selon vos besoins spécifiques liés à votre état physique et psychologique.

Tous ces travaux représentent un coût non négligeable pour les seniors modestement retraités. Il faut se renseigner auprès des organismes spécialisés, tels que l’ANAH ou encore la caisse de retraite, qui proposent différentes solutions pour financer ces aménagements et ainsi éviter tout risque d’accident au sein du domicile.

Il faut permettre aux seniors de rester chez eux le plus longtemps possible dans des conditions optimales.

à voir